Mariage

Wedding | Faire sa liste d’invités + document excel

14 avril 2017

– Alerte – Ce post contient des propos débordants –

Hello !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous partager mon expérience mariage avec au programme : comment faire sa liste d’invités ? Avec en bonus en fin d’article un document excel pour vous aider tenir à jour le suivi de vos invitations (mais pas que).

Alalalalala, le plaisir des invitations. Enfin, ça c’est ce que je pensais. Erreur.

J’étais du genre à dire, « non non, dans nos familles pas de soucis de ce genre-là, on nous laissera inviter qui on veut, après tout c’est notre mariage à nous », « non mais sérieusement, on ne m’obligera jamais à inviter des personnes que je ne connais pas », et j’en oublie certainement. Mais que nenni, comme dirait l’autre.

Bon, on va pas se mentir, dès le départ la liste était longue, trop longue. Mais voyez vous, avec de mon côté 3 tantes et autant d’oncles, chacun en couple, avec 1, 2 et plus souvent 3 enfants, certains ayant eu déjà entre 2 et 3 enfants également, qui ont eux-même, non je plaisante, ça s’arrête là. Mais ça me fait quand même déjà 50 invités, dont une majorité d’adultes. Et je me voyais mal dire à une tante, non toi tu viens pas, et puis tirer à pile ou face quels cousin(e)s nous allions inviter. Et puis surtout je n’en avais pas envie. Si vous avez une grande famille, vous comprendrez ce que je veux dire, enfin je crois, enfin j’espère (si?). C’était la même histoire du côté de Mr♥. Et puis on a des amis, beaaaauuucoup d’amis, qui par chance, eux, n’ont pas encore eu trop d’enfants (alerte aux attaques de mamans).

Bilan : 130 adultes et une vingtaine d’enfants. Ce qui m’amène à un autre débat, mais celui-là c’est pour après. Je tiens à vous garder avec moi.

Dans le lot, quelques personnes que je ne connaissais pas et qui n’auraient pas su qui j’étais si je n’avais pas été celle en robe blanche. Parmi eux également, d’autres personnes que je connais, que j’apprécie, mais que j’aurais aisément remplacés par d’autres amis plus éloignés que j’ai regretté de ne pas pouvoir inviter faute de budget. Les débats avec la famille n’ont pas été longs, il s’agissait surtout de ne pas heurter les sensibilités en étant franchement une pointe cynique, à penser que

« c’est quand même incroyable de devoir être ceux qui font des concessions alors même qu’on se saigne pour se payer une seule journée de notre vie, notre vie à nous, nos souvenirs à nous, nos photos à nous »

« je suis fatiguée de vivre dans ce monde égoïste plein de jugements et d’avis sur qui fait quoi quand comment et pourquoi, de la bonne ou de la mauvaise façon, au bon ou au mauvais moment »

En outre, un invité, ce n’est pas qu’une bouche en plus à nourrir, ce sont vite des tables supplémentaires à décorer, de la papeterie supplémentaire (ce qui, quand on la fait soi-même n’est pas négligeable, et je vous promets que quand vous êtes à la bourre, à J-1, tout d’un coup ça compte beaucoup), et que cela demande un peu plus d’organisation (au plus la liste s’allonge, au plus chaque déplacement – aller à l’église, s’assoir, se lever, sortir, aller à la salle, etc. – est long, au plus faire une disposition de table devient compliqué).

Second casse-tête, qui vient à quelle partie du mariage ? Qui invite-t-on toute la journée, seulement au cocktail, ou seulement à la soirée ? Évidemment, ça c’est du feeling, et des inquiétudes aussi. Par exemple, il est de coutume d’inviter les collègues uniquement au cocktail. J’en ai eu des sueurs pendant des semaines : comment peut-on inviter quelqu’un, l’obliger possiblement à se faire beau, à s’apprêter et pour une femme j’en parle même pas, à se taper une route parfois bien longue, tout ça pour 2h et puis au moment de passer à table, terminé bonsoir ? Et bien en fait, c’est juste normal. Pour la plupart des personnes du moins. Ça leur fait même plaisir de pouvoir être là, de vous voir, de boire un verre à votre santé. Au moment de partir, tout s’est fait naturellement et aucun souci déclaré.

Troisième et dernier casse-tête pour certain, dont moi, les enfants. De manière générale je les aime beaucoup, mais pour le jour J j’imaginais une marmaille hurlant et courant partout, sans surveillance, mis à part la mienne.

« Fais pas ci, fais pas ça, patati patata »

Et en plus, je me suis questionnée, et on m’a demandé d’ailleurs, si nous allions prévoir des babysitter, enfin, des personnes qui occupent les enfants, un château gonflable, ce genre de choses (qui n’allaient pas, mais pas du tout, jurer dans mon thème champêtre et pastel…). Sauf que ça ca coûte cher, et si vous avez lu l’article précédent [ici], vous savez déjà que pour nous ça devenait de plus en plus compliqué. Et là on parle des enfants. Des autres. Qu’ils ont choisi de prendre avec. Qui seront le prétexte pour rentrer tôt, avant le dessert, parce qu’ils sont fatigués.

Rholala, je suis mauvaise langue, je sais, ne m’en veuillez pas, c’est le goût de la frustration post mariage que vous lisez-là.

Pardon pour ça. C’est du second degré.

Je les aime du fond du cœur tous ces enfants, aller hop, je vous mets même une photo pour vous le démontrer. Il en manque quelques uns, mais ce n’est pas grave, les enfants vous savez, c’est parfois difficile à contrôler. Excusez aussi mon corps disgracieux, mais j’ai été obligée de le prendre avec ce jour-là.

Crédits photos : Les Histoires d’A

Bref, vous l’aurez compris, les invitations, c’est pas la joie. Enfin, en vérité ça l’est parce que dans le fond le jour J, les sourires et la bonne humeur de chacun c’est ce qui rend la journée telle qu’elle l’a été, c’est à dire, géniale.

A l’époque j’ai fureté sur le net, à la recherche d’un document excel qui m’aiderait à gérer la liste. J’ai trouvé quelques inspirations que j’ai mis en un document, que je vous propose en téléchargement juste ici. Il y a le suivi des invités, de votre budget, des prestataires, des salles visitées, le retroplanning, le planning du jour J et d’autres choses encore. Libre à vous de l’améliorer à votre tour!

» Télécharger le document [Tableau de suivi – Mariage] «

 

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire