Discover, LifeStyle

Voyage à Gran Canaria – palmiers et terre volcanique

5 septembre 2017

Hola !

Il fait tout gris et tout mouillé par ici alors cela me fait du bien de me replonger dans les photos des îles Canaries. Enfin, me replonger, j’en reviens à peine à vrai dire, et je voulais vous y emmener avec moi !

En cette mi-juin, après des mois et des mois de travail, de travaux et autres projets, le besoin de repos et de soleil se faisait vraiment sentir. J’en étais arrivée à mettre ma crème de jour sur ma brosse à dent, à oublier à plusieurs reprises ma mallette PC dans la voiture (ou à la maison) avant d’arriver au bureau, à me pointer à un rdv pro le lundi au lieu du mardi… bref, j’avais besoin d’un break.

Ma môman m’a proposé de le faire avec elle, et comme Mr ne sait pas prendre de congés pour le moment, cela tombait très bien. Après un tour sur le site de plusieurs tours opérateurs, mon choix s’est arrêté sur celui de Neckermann. Je dois dire que je l’ai trouvé plutôt ergonomique. A budget limité, choix limité également. Une fois supprimées la Turquie, la Tunisie, l’Egypte et la Bulgarie où je ne voulais pas/plus aller, il nous restait les îles Canaries… et je dois dire que ça me bottait plutôt bien. Gran Canaria plus précisément, à 3h45 de vol de Bruxelles.

 

Contrairement à mes derniers voyages, qui étaient plutôt des city trip (donc très fatiguant), l’objectif était de pouvoir visiter le pays (bah oui quand même, visiter un hôtel c’est pas top) bien sûr mais aussi et surtout de se reposer. J’ai choisi un Hotel en bord de mer qui nous proposait une formule all in pour plus de facilité : le Taurito Princess, qui se situe dans la ville de Mogan, juste entre le port de Mogan et les dunes de Maspalomas dans le sud de l’île. A notre arrivée, après l’étonnement visuel d’une île volcanique (de la roche à perte de vue et très peu de verdure à la sortie de l’aéroport) et la terreur dans le bus conduit par un gars qui se prenait clairement pour un pilote dans des routes en hauteur et très sinueuses, nous avons pu découvrir un hôtel très propre et tout joli. Un chouette compromis entre le petit hôtel de charme et l’énorme chaine hôtelière aux 500 chambres. Le personnel y est très accueillant et se débrouille en français, en anglais, voire en allemand (il y a beaucoup de touristes allemands et anglais). Notre chambre a été récemment rénovée, ce qui fut un plus. Les repas étaient excellents, les animations un peu trop présentes à mon goût et la vue imprenable. Un vrai bonheur de se lever le matin avec une vue comme celle-là et de se poser avec un bon livre la soirée venue après une bonne douche.

Vu la configuration de l’île, j’ai vite compris qu’il allait être un peu difficile de se déplacer. Le meilleur moyen de locomotion étant la voiture (prix de départ à 30€/jour) et moi n’ayant pas pris mon permis de conduire… c’était loupé, et bien dommage ! Car je suis sûre que l’on aurait pu s’enfoncer dans les terres et se déplacer plus loin… Du coup, ce fût le bus (Global) et les villes alentours. Vu le peu de temps sur place, ce n’était déjà pas mal, même si je regrette de ne pas avoir pu en voir plus. Je garde un goût de trop peu, même si j’ai parfois eu l’impression qu’il ne s’agissait finalement que d’une succession de plages et de petits villages. Adorables certes, mais peut-être un peu redondants.

Puerto de Mogàn

Puerto de Mogàn est un petit village que l’on m’avait conseillé de visiter. Par chance, il se trouvait à 10 minutes en bus de l’hotel. Il s’agit d’un village en bord de mer dans lequel il y a un très joli port en version mini. Un brin touristique mais pas trop non plus, c’est idéal pour se balader, faire un peu de shopping et manger des sardines !

Maspalomas

Située au sud de l’île, Maspalomas est très connue pour ses énormes dunes de sable. On en parle comme le désert espagnol. Il y fait chaud, très chaud ! J’avoue que je m’attendais à quelque chose d’extraordinaire tellement on m’en a à plusieurs reprises parlé comme quelque chose d’exceptionnel. J’ai trouvé ça joli bien sûr mais… voilà. J’ai découvert plus tard qu’il y a différentes “zones” dont une familiale, deux nudistes et une autre populaire auprès de la communauté gay. J’aurais trouvé ça très drôle de débarquer sans le vouloir en plein milieu des nudistes, mais ce ne fut pas le cas. Info pratique : le bus vous emmène non loin de là, il vous faudra marcher 10 petites minutes pour y arriver.

Si je retourne à Gran Canaria, je loue une voiture sans aucune hésitation. On fait le tour de l’île en moins d’une journée ! Je m’arrêterais à Las Palmas, la capitale de l’île, et j’irais me baigner à puerto de las Nieves, dans l’une des “piscines” naturelles, à l’eau de mer. Si je ne suis pas à la haute saison, j’irais également randonner dans le centre de l’île, afin de gravir el Roque Nublo, le plus haut sommet de Gran Canaria, ainsi que le cratère volcanique Caldera de Bandama. Et quitte à être dans le centre de l’île, j’irais me promener dans les rues de la ville de Teror, un village réputé très joli pour ses maisons coloniales…

Ce sera peut-être pour une prochaine fois qui sait ! Ce qui est certain c’est que ce qui m’a finalement le plus marqué c’est la flore qui est exceptionnelle et très en contraste avec le paysage naturel de cette terre volcanique pleine de montages en rochers sans verdure ou presque.

 

 

 

 

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Billie 5 septembre 2017 at 11 h 46 min
    Magnifique ! J’ai eu l’impression d’y être ! Les photos sont canon !!
  • Reply Sophie 9 septembre 2017 at 9 h 27 min
    Superbe! Ca donne envie de réserver ses prochaines vacances là-bas!
  • Reply Voyage aux Baléares – Majorque | 13 septembre 2017 at 10 h 58 min
    […] n’y a pas très longtemps je vous emmenais avec moi à Gran Canaria [ici], où je suis partie dans le courant du mois de juin. Le retour en Belgique ne fut pas trop brutal […]
  • Laisser un commentaire