LifeStyle

Une fille en deux roues

23 avril 2014

Dawn_on_the_great_alpine_road

La bonne blague. Etre une fille un peu trop précieuse qui se crois motarde. Oui je vous parle de moi.

La moto et moi c’est une longue histoire qui à commencé il y a quelques années quand j’ai décidé d’accompagner mon namoureux pour une balade moto vers Durbuy. Ca m’emballait vachement bien cette histoire. Jusqu’à ce que la pluie décide d’intervenir et de m’achever. Je dis m’achever parce que s’assoir sur 10 cm² de selle, les pieds posés sur 2 bâtons métalliques à passez son temps à se tenir ou s’appuyer en fonction des accélérations (que Mr adore évidemment) et des freinages… ce n’est pas vraiment l’idée que j’avais de la balade romantique à respirer l’air frais et à me sentir libre.

Enfin bon, la pluie donc. Pas celle qui vous rafraichi par une chaude journée d’été. Pas celle qui vous donne la force de terminer votre test Cooper en cours de gym. Mais celle qui vous glaçe les os, transperse tous vos vêtements jusqu’à inonder votre petite culotte (et oui 120km/h ça ne pardonne pas). Et bien sûr par sur le retour mais bien sur l’aller quand vous êtes déjà bien loin de chez vous.

Les années ont passés, tentant de me renouer avec les deux roues. J’ai même eu droit à mon scooter (me replongeant ainsi directement dans mon adolescence, “je suis trop in” – ou pas). Avec lui je me suis bien amusée, chevilles et mains au vent, désireuse d’enlever mon casque une fois arrivée pour balayer le vent avec mes cheveux au ralenti. Mais ce matin, Namoureux (&   moi) décide (d’un commun accord) que nous allons faire un tour en moto (la grosse, celle qui fait peur). Il m’oblige à mettre une de ses vestes motos (ah oui j’avais oublié la sécurité! Mais le style alors?). Et là, c’est la débandade, or de question que je me trimbale avec une carure de camionneur, gonflée de partout dans la ville. Après une tentative de remise en question… nous voilà parti en voiture (ais-je vraiment gagné?).

Mais l’histoire ne s’arrête pas là… De retour à la maison, je reçois un appel ; “Allo, Madame, ici la Police, nous avons retrouvé votre scooter volé”. Sur le coup je réponds n’importe quoi, me disant qu’il a été effectivement volé il y a 2 ans (et retrouvé il y a 2 ans) et qu’ils ont cru que parce qu’il trainait dans la rue (un pneu dégonflé, le guidon de travers, et de l’huile débordant par çi par là) qu’ils venaient de le retrouver. Mais après je me sens mal d’avoir laissé croire n’importe quoi à ce bien gentil inspecteur (et de me dire que je vais peut-être avoir une amende pour ça). Du coup je rapelle “euh oui en fait je crois qu’il y a eu un malentendu…”. Au final, ça s’est arrangé, je vais aller le récupérer, mais ce que je retiens surtout c’est que la police m’a volé mon scooter. Et ça c’est la meilleure!

En conclusion, les deux roues et moi pour le moment c’est niet, nada, basta. Namoureux n’a qu’à acheter une Goldwing, au moins là je serai installée comme dans mon salon et je pourrai même écouter de la musique. A bon entendeur!

You Might Also Like

  • Reply Nashuya 17 septembre 2014 at 0 h 45 min
    Test
  • Laisser un commentaire